UNE RÉSERVE FINANCIÈRE MOBILISABLE À TOUT INSTANT PAR POMPIERS SANS FRONTIÈRES

Intervenir avant, pendant et après la crise

QU'EST-CE QUE C'EST ?

Le Fonds d’intervention d’urgence, est une réserve financière mobilisable à tout instant par Pompiers Sans Frontières, permettant d’engager les équipes d’intervention et les moyens adaptés face aux urgences humanitaires générées par des catastrophes naturelles et des conflits armés.

Il est alimenté par les entreprises partenaires et les donateurs individuels qui s’engagent à apporter leur solidarité aux victimes en soutenant les équipes de Pompiers Sans Frontières qui agissent sur le terrain.


Depuis 1991, Pompiers Sans Frontières fonde sa mission dans des actions et programmes de prévention, préparation et mitigation des risques naturels et anthropiques en tenant compte de la vulnérabilité sociale et de leur impact sur la société civile.

Cette action d’aide au développement est complétée par l’engagement de notre unité d’intervention d’urgence (UIU) lors de catastrophes naturelles et de conflits armés sur différents territoires dans le monde.

OUTIL OPÉRATIONNEL DE PRÉPARATION ET DE RÉPONSE FACE AUX CRISES HUMANITAIRES

Sebastien Loeb Soutien PoSF

Différents niveaux d’engagement financier sont proposés à nos grands donateurs, par cotisation annuelle (ouvrant droit à une réduction d’impôt sur le revenu)

  • 10 000 € de cotisation annuelle (3 400 € net après réduction fiscale)
  • 20 000 € de cotisation annuelle (6 800 € net après réduction fiscale)
  • 50 000 € (17 000 € net après réduction fiscale)

Au-delà de votre contribution, vous bénéficiez d’une relation privilégiée avec les Pompiers Sans Frontières, notamment au travers de rencontres avec les professionnels de l’action, d’ateliers thématiques et d’informations régulières sur les projets soutenus et la réponse aux catastrophes.




OBJECTIFS ?

  • Mobiliser nos équipes d’intervention permettant d’apporter secours et assistance aux populations affectées.
  • Accompagner les groupes de population à forte vulnérabilité et les systèmes de secours dans la relevance et le retour à des conditions normales suite à la phase d’urgence.
  • Réduire la vulnérabilité et l’augmentation de la résilience des populations face aux risques et aux catastrophes.
  • Améliorer les capacités de réponse des acteurs de protection civile des zones à risques.

Logo Securite CivilePompiers Sans Frontières est titulaire depuis le 1er novembre 2006 de l’agrément Sécurité Civile action internationale par arrêté Ministère de l’Intérieur et est ainsi susceptible d’intervenir en complémentarité des unités de Sécurité Civile françaises amenées à être engagées dans le cadre de l’assistance internationale suite à des catastrophes naturelles ou des conflits armés.

Ajoutez votre contribution dans la réserve

L'Unité d'Intervention d'Urgence

PoSF-Carte-Opération-20-ans

L’Unité d’Intervention d’Urgence (U.I.U.) permet d’engager simultanément ou de manière séquentielle dans des délais très courts et dans n’importe quelle zone sinistrée dans le monde, deux types d’actions.

  1. Les opérations de sauvetage et secours de victimes à travers un module spécialisé.
  2. Les opérations d’assistance à près de 3000 sinistrés permettant l’accès à l’eau potable, aux soins médicaux et à des abris à travers des modules spécifiques adaptés aux différents contextes.

Une veille d’urgence mobilise des bénévoles spécialisés en permanence et permet de déclencher l’U.I.U à tout moment.

Les équipes d’urgence sont formées par Pompiers sans Frontières. Elles sont issues de la protection civile ou d’autres corps de métier (médical, logistique…).

Ces différentes opérations ont conduit, au fur et à mesure, à l’acquisition de matériels spécifiques pour ce type d’intervention: matériel de secours déblaiement, unités de potabilisation, matériel de soins d’urgence.

Ce matériel est entretenu et renouvelé régulièrement afin que l’UIU soit prête à être mobilisée à tout moment.

Frise chronologique des opérations d’urgence et de post-urgence
timeline_pre_loader
2015

Haïti - Port au Prince

Assistance humanitaire suite à un séisme.

Une réhabilitation d’un an suivra sur la thématique de l’eau et l’assainissement.

2010

Pérou - Pisco

Suite au séisme ayant frappé la région, PoSF portera assistance aux sinistrés et mettra en place un réseau de distribution d’eau.

2007

Indonésie - Java

Secours et soins d’urgence aux victimes du séisme.

Un dispensaire post urgence sera installé durant 2 mois.

2006

Indonésie - Île de Nias

Secours et sauvetage suite au séisme au large de Sumatra.

La rapidité de l’intervention permettra de sauver plusieurs victimes ensevelies sous les décombres.

2005

Indonésie - Nord Sumatra

Actions d’urgence et gestion d’un camp de sinistrés suite au Tsunami.

Programe de post urgence jusqu’en 2007.

2004

Irak - Bagdad

Accès à l’eau potable aux populations et renforcement des capacités des pompiers de Bagdad entre 2003 et 2006.

Algérie - Boumerdès

Action d’urgence suite au séisme, et assistance aux sinistrés.

L’action sera poursuivie durant 3 ans sur Alger.

2003

Salvador

Secours et sauvetage suite au seisme.

2001

Turquie - Izmit

Action d’urgence suite à un séisme.

Des programmes de formations seront développés durant 5 ans dans ce pays.

2000

Kosovo

Soutient aux pompiers et populations civiles de Mitrovica.

Albanie

Assistance humanitaire aux réfugiés kosovans.

1999

Ex-Yougoslavie

Engagement sur le conflit armé, acheminement et aide humanitaire aux pompiers et populations civiles assiègées de Mostar et Sarajevo.

1993
PoSF Haïti Victimes 2010

Haïti

Recherche de victimes, Port au Prince, 2010.

PoSF Indonésie ile de Nias Sauvetage

Indonésie, île de Nias

Sauvetage dans les décombres, Nias, 2005.

PoSF Indonésie Nord Sumatra Soins

Indonésie, Nord Sumatra

Soins dans le camp de sinistrés, Banda Acheh, 2004.

PoSF Irak Eau 2004

Irak

Distribution d’eau potable, Sadr city, 2004.

PoSF Turquie Distribution 2000

Turquie

Distribution alimentaire, Izmit, 2000.

PoSF Ex Yougoslavie 1993 Bosnie

Ex yougoslavie

Départ de PoSF pour les Balkans, Bosnie, 1993.

LE CADRE D’ACTION DE HYŌGO
  • 2005

    Depuis 2005, l’orientation de référence de l’action de PoSF s’inscrit dans le cadre de la prévention des risques de catastrophes élaboré et retenu par les états participants à la conférence de Hyōgo au Japon en 2005.

    Le but fondamental est d’instaurer la résilience à destination des nations et des collectivités face aux catastrophes par une réduction considérable des pertes dues à ces mêmes catastrophes.

  • 2015

    À compter de 2015, les programmes de PoSF adoptent pour référence le cadre d’action de la conférence de Sendai qui a pour objectif la réduction substantielle des pertes humaines, économiques, et culturelles liées aux catastrophes.

    Pour y parvenir, les conclusions de la conférence de Sendai préconisent des actions visant à réduire les risques existants, empêcher la création de nouveaux risques et renforcer la préparation pour la réponse et le relèvement à travers des mesures de toutes natures ayant pour objectif de renforcer la résilience.

Titre

Exemples des Priorités 3, 4 et 5 de la conférence

Titre

UTILISER LES CONNAISSANCES, LES INNOVATIONS & L’ÉDUCATION POUR INSTAURER UNE CULTURE DE LA SÉCURITÉ & DE LA RÉSILIENCE À TOUS LES NIVEAUX
PRIORITÉ N°3 DE LA CONFÉRENCE DE HYOGO

NTIC-Module-PoSF

Les catastrophes peuvent être en grande partie prévenues si les populations sont bien informées et acquises à une culture de la prévention et de la résilience, ce qui exige de recueillir, de rassembler et de diffuser les connaissances et les informations pertinentes concernant les aléas, les facteurs de vulnérabilité et les capacités.

Pérou : « Formation des jeunes péruviens à l’utilisation des NTIC pour diffuser une culture de prévention des risques en milieu scolaire » Programme 2007-2008 à Lima auprès des élèves, enfants et adolescents, ainsi que les enseignants d’établissements scolaires de zones vulnérables.
Promouvoir l’intégration de la question de la réduction des risques de catastrophe dans les sections pertinentes des programmes d’enseignement à tous les niveaux et l’utilisation d’autres voies, officielles et officieuses, pour informer les jeunes et les enfants.

Sénégal : « Formation à la Gestion et à la prévention des risques des lycéens de la Région de Thiès» Programme 2009-2012.
Promouvoir l’exécution, dans les écoles, de programmes et d’activités visant à apprendre aux élèves comment réduire au minimum les effets des aléas;

Madagascar : « Création d’un système de protection civile participative dans la Région d’Alaotra Mangoro » Programme 2008-2011.
Promouvoir l’exécution de projets de formation au niveau des collectivités, en prenant en considération le rôle que les volontaires peuvent jouer, aux fins du renforcement des capacités disponibles au niveau local pour faire face aux catastrophes.

RENFORCER LA PRÉPARATION EN PRÉVISION DES CATASTROPHES AFIN DE POUVOIR INTERVENIR PLUS EFFICACEMENT À TOUS LES NIVEAUX LORQU’ELLES SE PRODUISENT
PRIORITÉ N°5 DE LA CONFÉRENCE

Historiqu-formation-secours-routier-Pérou-PoSF

Il est possible de limiter considérablement les conséquences des catastrophes et les pertes ainsi occasionnées si, dans les zones sujettes à des aléas, les autorités, les habitants pris individuellement et les collectivités sont bien préparés et prêts à intervenir et disposent des connaissances et des capacités nécessaires pour gérer efficacement les situations de catastrophe.

Pérou : « Constitution de brigades de jeunes qualifiés en agents de protection civile participative dans la ceinture de pauvreté de Lima » Programme 2007-2008.
➜ Élaborer des plans et politiques de préparation aux situations de catastrophe et d’intervention d’urgence à tous les niveaux, en s’intéressant tout particulièrement aux zones et aux groupes les plus vulnérables.

Pérou : « Développement des capacités de secours sauvetage du Corps Général des Pompiers Volontaires du Pérou » Programme 2007-2010.
➜ Instituer des mécanismes spécifiques pour obtenir des parties prenantes concernées, y compris des collectivités, qu’elles participent activement à la réduction des risques de catastrophe et qu’elles prennent les choses en main, notamment sur la base du volontariat.

RÉDUIRE LES FACTEURS DE RISQUE SOUS-JACENTS
PRIORITÉ N°4 DE LA CONFÉRENCE

Haiti-PoSF-Fond-Urgence

Les risques de catastrophe liés à l’évolution des conditions sociales, économiques et environnementales ainsi qu’au changement d’affectation des terres, et les conséquences des aléas liés aux phénomènes géologiques, météorologiques et hydrologiques, à la variabilité du climat et aux changements climatiques sont pris en considération dans les plans et programmes de développement sectoriel ainsi qu’à la suite des catastrophes.

Pratiques en matière de développement social et économique

Indonésie « Reconstruction des systèmes et processus de sensibilisation, prévention, et préparation face aux risques majeurs auprès de la population et acteurs publics affectés par le Tsunami » Programme 2005-2007 à Banda Aceh Nord Sumatra.
➜ Intégrer, dans les programmes de relèvement et de remise en état faisant suite à une catastrophe, des mesures de réduction des risques et exploiter les possibilités qui s’offrent durant la phase de relèvement pour développer les capacités

Aménagement du territoire et autres mesures techniques

Haïti : « Accès à l’eau, l’assainissement et promotion de l’hygiène aux populations affectés par le séisme » Programme 2010-2011, à Léogane Petite rivière.
➜ Intégrer l’évaluation des risques de catastrophe dans les plans d’urbanisme et la gestion des établissements humains sujets aux catastrophes, en particulier de ceux qui sont très peuplés ou qui connaissent une urbanisation rapide.