L’Union des Municipalités de Jezzine et l’environnement

1.     L’Union des Municipalités de Jezzine (UMJ) en quelques chiffres-clé

2005 : l’année de création de l’Union des Municipalités de Jezzine ;
45 : le nombre de villages qui composent l’Union, dont 29 municipalités ;
80m : la hauteur de la cascade spectaculaire de Jezzine ;
Environ 40km: la distance à vol d’oiseau qui sépare l’Union de la capitale libanaise ;
16km² à Bkassine : ce qui constitue la plus grande forêt de pins du Moyen-Orient. La région est également marquée par la présence d’une forêt de chênes, ainsi que d’une forêt de châtaigniers – le territoire de l’UMJ étant d’environ 130km²;
1 marque emblématique : J.Grove, développée en 2014, et qui propose des vrais produits du terroir jezzinien : pins pignon, zaatar, labneh, miel, huile d’olive … entre autres délices ;
25 : le nombre intimiste de bungalows qui composent la Maison de la Forêt, un éco-lodge situé au cœur de la forêt de pins de Bkassine, et l’un des projets phare de développement de l’Union des Municipalités de Jezzine ;
1770 : l’année de naissance du fameux artisanat de Jezzine, la coutellerie, qui a contribué à la bonne réputation de la région ;
1330m : l’altitude de sa ville principale, Jezzine, alors qu’elle n’est située qu’à 15km à vol d’oiseau de la mer ;
Nombreuses : et même très nombreuses, sont les activités touristiques qu’offre la région, entre escalade, randonnée, balades dans les centres des villes et villages préservés de l’Union, VTT etc.
2016 : l’année où PSF a réhabilité un Camion Citerne Feu de Forêt, et l’a envoyé à l’Union des Municipalités de Jezzine, envoi qui a été suivi d’une semaine de formation du personnel de l’Union, dans le cadre du renforcement des capacités des services de protection civile de la région.
50.000 : le nombre d’habitants de l’UMJ.

 2.     Présentation des projets-phare de l’UMJ

Zoom sur … le Plan Stratégique de l’UMJ (2012-2017)

L’UMJ, soutenue par la société MORES, travaille également depuis quelques années sur un plan stratégique. Après avoir effectué le diagnostic de son territoire, elle a défini, avec la participation de la société locale, 80 projets principaux, dans 9 secteurs d’activités (infrastructures, éducation, développement social, santé, tourisme, agriculture, planification urbaine, environnement, industrie légère & artisanat). Le plan quinquennal liste 70 projets identifiés, dont 10 ont été déclarés prioritaires par les élus (maison de la forêt, système de tri des déchets à la source, schéma directeur d’assainissement, labellisation des produits locaux, développement de l’écotourisme, etc.) et 45 déjà exécutés ou en cours d’exécution.

En 2019 et 2020, l’UMJ se concentre particulièrement sur les projets suivants :
–      Le programme « Pommes »
Traditionnellement, la région de Jezzine est une région productrice de pommes. Or, cette filière connaît depuis plusieurs dizaines d’années une crise : la faible qualité des produits a entraîné une baisse de la demande, et par conséquent une surproduction. L’UMJ a décidé de s’emparer de ce problème : re-création de la coopérative agricole, construction d’un lac artificiel pour irriguer les pommiers, production de nouvelles variétés, machine de tri et de lavage des pommes, contrôle des pesticides, ce sont quelques unes des actions mises en place afin d’améliorer la qualité des pommes jezziniennes … et faire ainsi en sorte que la filière soit de nouveau source de revenus économiques pour la région.

–      L’assainissement de l’eau
L’image de Jezzine est liée à l’eau : ses nombreuses sources d’eau, sa grande cascade etc. en ont fait une sorte d’emblème de la région. Or, si toutes les municipalités et tous les villages qui composent l’UMJ sont raccordés au réseau d’eau, seuls 45% ont accès à l’assainissement en 2019. L’objectif de l’UMJ est que d’ici 2023, toutes les collectivités soient couverts par les réseaux et l’assainissement.

Zoom sur … la Charte de Territoire de l’UMJ

La Charte de Territoire de l’UMJ, signée par tous les présidents des municipalités de l’Union est un outil d’aide à la prise de décision durable, une orientation pour une bonne gestion territoriale. Elaborée par l’UMP en coopération avec la région SUD et le Parc Naturel Régional du Verdon, elle permet d’intégrer l’enjeu environnemental à tous les projets qui émergent sur le territoire de l’Union. Si elle a été signée par tous les présidents des municipalités, elle n’est pas encore officiellement appliquée : en effet, l’Union compte sur le soutien de la région SUD, notamment financier, pour pouvoir embaucher celui ou celle qui sera responsable de son application sur tout son territoire. Cette personne sera assistée et suivie par un comité des présidents des municipalités, et pourra s’aider des outils de contrôle présents dans la charte.
Les Parcs Naturels Régionaux (PNR) français font cet exercice d’écriture collective de charte qui précède la création du parc.  Au Liban, si le concept de PNR n’existe pas officiellement, il est néanmoins cité dans le SDATL[2] et la catégorie Parc Naturel, inspirée notamment des PNR figure dans le projet de loi sur les aires protégées au Liban qui a fait  l’objet d’une approbation en 2014 par la commission parlementaire chargée de l’environnement. Aussi l’UMJ s’est référée à l’expérience des PNR pour traduire son plan stratégique en une « charte de territoire durable » qui pose les bases de l’engagement des municipalités de l’UMJ et l’implication des citoyens et des acteurs économiques et associatifs, dans la mise en place d’un projet de développement durable pour le territoire.

Cette charte fixe donc les objectifs à atteindre, les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du territoire, ainsi que les engagements qui permettent leur mise en œuvre. Elle assure la cohérence et la coordination des actions menées sur le territoire et engage les collectivités du territoire, les communes et l’union des municipalités qui l’adoptent.[1]
Elle sera à actualiser et à développer tous les 4 à 5 ans.

 3.     Les enjeux environnementaux de l’UMJ : ce qu’en disent Khalil Harfouche, président de l’UMJ, et Maroun Aziz, consultant pour la gestion des forêts et prévention des feux auprès de l’UMJ

L’UMJ a identifié lors de l’élaboration de son Plan Stratégique 9 grands enjeux liés à l’environnement. Les principaux sont : la prévention des feux de forêts, la gestion des déchets, le traitement des eaux usées, et la mise en œuvre de projets de reforestation. Enjeux auxquels elle travaille à apporter une réponse.

–      Les feux de forêts. Cela fait déjà plusieurs années que les feux de forêts ont été identifiés comme l’un des enjeux environnementaux majeurs de la région. Ainsi, lorsqu’en 2015, la région SUD (PACA à l’époque) met en contact l’UMJ et PSF, les besoins du territoire sont déjà connus : il s’agit de renforcer les capacités des services de la protection civile de la région, mal équipée et mal formée. En 2016, PSF réhabilite un CCFF, l’envoie à Jezzine et forme son personnel à son utilisation.
o   En 2019, le camion est stationné à Kfar Jarra (extrémité ouest de l’UMJ), pour ne pas faire doublon avec les postes de la Défense Civile situés à Jezzine et Saïda, et il est intervenu à de nombreuses reprises depuis 2016.
o   En 2019 également, la municipalité de Bkassine, avec l’aide du Ministère de l’Eau, complète son réseau d’eau dans la forêt des pins, dans un double but : agricole et de lutte contre les incendies.
Pour compléter ces premières actions et les optimiser, l’UMJ souhaiterait constituer une cellule de crise au niveau du Caza de Jezzine et du Jabal Rihan, en collaboration avec le Qaimacan de Jezzine, lancer des études sur les risques pour optimiser leur planification, mettre l’accent sur la dotation de matériel et la formation, tout cela, notamment avec le soutien de PSF.

–      La gestion des déchets. Actuellement, l’UMJ envoie ses déchets à une usine de traitement privée à Saïda. Or, pour assurer son indépendance et éviter tout problème d’ordre politique, l’UMJ, en coopération avec deux Fédérations voisines, travaillent à l’édification d’une usine commune de traitements des déchets. Financée par l’Union Européenne, elle permettrait de baisser de 70% le coût de traitement de la tonne de déchets, et de trier les déchets à la source. L’UMJ profitera de l’ouverture de cette nouvelle usine pour relancer la campagne de tri des déchets dans les établissements scolaires « Réfléchis avant de jeter », qui a eu un grand succès en 2011. En 2019, le projet en est au stade de l’étude et de l’analyse de faisabilité.

–      Le traitement des eaux usées. Parce que tout le territoire de l’UMJ n’est pas encore couvert par le réseau d’eau et d’assainissement, une partie des eaux usées est rejetée dans les forêts, ce qui impacte très négativement la biodiversité, et les activités qui lui sont liées, comme le tourisme.

–       La reforestation. Il existe des pépinières à Jezzine et à Bkassine et des actions de reboisement sur le territoire de l’UMJ. Elles contribuent à compenser les pertes de 600 hectares boisés et celles dues à la création du Lac Bisri. Mais pour qu’elles répondent aux enjeux environnementaux, il faudrait
o   Qu’elles soient financées par l’Etat central (matériaux, aide technique), pour pouvoir répondre à l’objectif de planter 100.000 plants par an
o   Mieux impliquer la société civile : les lycéens, les étudiants, les associations, les entreprises privées
o   Récupérer les graines de la zone immergée par la création du barrage et les faire pousser dans les deux pépinières

[1]Charte de territoire, UMJ

4.     Les projets conjoints entre l’UMJ et PSF : ce qui pourrait être fait dans les prochaines années

Certaines municipalités, comme Bkassine, se sont déjà emparées de l’enjeu des feux de forêts afin de réduire le risque d’incendie au maximum. Cela ne doit pas empêcher l’UMJ de traiter ce problème à son échelle. Avec PSF, elle pourrait mettre en place des actions dans un double terme :
–       A court terme, il s’agirait d’établir le diagnostic des risques de feu (avec cartographie) et de compléter le système de détection & d’alerte existant

–       A moyen terme, il faudrait implémenter un projet de prévention et de lutte contre les espaces naturels sur le territoire de l’Union, similaire à celui qui est implémenté actuellement au Kesrouan-Ftouh (lien sur cet article blog-ci : https://pompiers-sans-frontieres.org/prevention-et-reduction-des-risques-dincendie-dans-8-communes-de-la-federation-des-municipalites-du-kesrouan-ftouh-au-liban/), avec 3 axes principaux :
o   Elaboration et mise en œuvre d’un PIDAF (Plan Intercommunal de Débroussaillement et d’Aménagement Forestier),
o   Elaboration et mise en œuvre d’un PICS (Plan Intercommunal de Sauvegarde) et d’un DICRIM (Document d’Information sur les Risques Majeurs),
o   Développement d’une culture de prévention des risques.
Ce qui permettrait d’optimiser et de compléter les actions déjà initiées sur ce sujet à l’UMJ.

N'ATTENDONS PAS UNE CATASTROPHE POUR INTERVENIR

+33 4 42 26 52 93
contact@pompiers-sans-frontieres.org
Google Map

Pompiers Sans Frontières
12 rue Charloun Rieu, Groupe scolaire Joseph d’Arbaud
13090 - Aix-en-Provence - Fr

Je veux devenir adhèrent ! Comment faire ?

Je veux m'inscrire à la Newsletter PoSF >>>

Phasellus dapibus elit. suscipit dolor. accumsan risus pulvinar leo. id, in amet,