La Fédération des Municipalités du Kesrouan-Ftouh et la gestion de crise

1. Rappels

a. La Fédération des Municipalités du KF

C’est l’équivalent d’une communauté de communes en France. Située à mi-chemin entre Beyrouth, la capitale libanaise, et Byblos, la fameuse cité millénaire, elle existe depuis 1977, et comprend 54 municipalités réparties sur 343 km². Comme elle s’étend de la côte – Jounieh – à la haute montagne (jusqu’à 2600m à Faraya), ses zones boisées sont inégalement réparties, et inégalement soumises au risque d’incendie, pourtant très présent en période estivale… comme dans toutes les forêts méditerranéennes !
Le territoire de la Fédération comprend de nombreux sentiers de randonnée, dont notamment les fameux Sentier de la Lune, Sentier des Sources, Wadi El Salib et Sentier du Ciel. Ce dernier ayant un statut un peu particulier, puisque c’est lui qui mène au sanctuaire multi-religieux de Harissa, qui surplombe la baie de Jounieh.

C’est le bureau du développement local, sous la direction de Rachid Otaki, qui est en charge du pilotage du projet au sein de la Fédération. Derrière lui, toute une équipe, composée de cartographes, graphiste, responsable communication, entre autres, travaille depuis 2018 au bon déroulement du projet pilote de Prévention & gestion des risques incendie, qui touche 8 municipalités sur 54 (Ain El Rihaneh, Aintoura, Daraoun Harissa, Faytroun, Jounieh, Kfardebian, Kleiat, Zouk Mikael).

b. Les objectifs du projet

C’est dans le cadre de la coopération décentralisée de la Fédération des Municipalités du Kesrouan-Ftouh avec le Département des Yvelines, que PSF, ONG spécialisée dans la gestion des risques ayant déjà travaillé au pays des cèdres, a été sollicitée pour concevoir et mettre en œuvre un projet de Prévention et Gestion des Risques Incendies au Kesrouan-Ftouh. L’objectif à long terme est double : renforcer les capacités des collectivités territoriales et contribuer à la préservation du patrimoine naturel et culturel du Kesrouan-Ftouh.

Ainsi, de janvier 2019 à mars 2020, la Fédération des Municipalités du Kesrouan-Ftouh a est chargée, avec l’appui de PSF, d’élaborer un PIDAF, un PICS, un DICRIM et de mettre en œuvre une campagne de sensibilisation dans les écoles du Kesrouan-Ftouh. Ce projet ambitieux a aussi été l’occasion pour PSF, autant que pour la Fédération, de développer des partenariats avec des acteurs locaux, collectivités territoriales, les associations locales – LRI (Lebanon Reforestation Initiative), les acteurs de la Sécurité Civile au Liban – la Défense Civile, la Croix-Rouge, entre autres.

c. La gestion de crise et la vision mondiale des RRC

L’action de Pompiers Sans Frontières s’est, lors de toutes ses interventions depuis 1991, inscrite dans la vision mondiale sur la Réduction des Risques et des Catastrophes telle que décrite par le Cadre de Sendai pour 2015-2030, dont l’objectif principal est de réduire la vulnérabilité aux catastrophes et de renforcer la résilience des populations et de leurs environnements.

Vidéo vision mondiale des RRC: https://youtu.be/iugLHrcs_fM

C’est donc ce qu’a fait PSF au Liban. En effet, c’est par le biais de la gestion des risques, surtout environnementaux – les incendies des espaces naturels, que Pompiers Sans Frontières s’est attaquée à la question de la gestion des crises au Kesrouan-Ftouh. L’ONG s’est appuyée sur l’expertise française dans ce domaine, la loi française obligeant toutes les collectivités territoriales depuis 2005 à se munir de PCS (Plan Communal de Sauvegarde), comme l’un des moyens de réponse aux objectifs de Sendai.

2. La gestion de crise au sein de la FKF

a. L’élaboration du PICS

Rappel : PICS = Plan Intercommunal de Sauvegarde
C’est un document opérationnel qui permet à la Fédération des Municipalités du Kesrouan-Ftouh de prévoir en amont son organisation en temps de crise pour mieux y répondre. In fine, il permet la réduction de la vulnérabilité et l’augmentation de la résilience de la collectivité et de son territoire.

C’est un guide qui permet de mettre en place un dispositif communal grâce à 6 actions-clé :
-Diagnostiquer les aléas et les enjeux du territoire. De la connaissance des répercussions potentielles d’un évènement vont découler les besoins matériels.
-Etablir un recensement des moyens matériels et humains et identifier les contraintes susceptibles de limiter l’emploi des moyens recensés.
-Mettre en place une procédure de réception de l’alerte au niveau de la Fédération.
-Mettre en place un dispositif efficace de diffusion de l’alerte des populations.
-Prévoir une fonction de commandement du dispositif (suivi, centralisation, coordination).
-Réaliser le DICRIM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs).

Pour élaborer le PICS dans le cadre du projet pilote au Kesrouan-Ftouh, il a fallu à PSF et à la Fédération :
-Environ 1 an de travail,
-Organiser de multiples entretiens avec les présidents et les équipes techniques des 8 municipalités concernées,
-Rencontrer d’autres acteurs, tels la Défense Civile,
-Faire de nombreuses recherches bibliographiques et visites sur le terrain,
-Avoir recours au cartographe de la Fédération pour élaborer la carte des risques au Kesrouan-Ftouh.

Ce qui est ressorti de notre travail :
-Les acteurs (présidents des municipalités notamment) ont une excellente connaissance empirique de leur territoire.
-Il y a un manque d’études et de données théoriques sur le sujet au Liban et notamment sur notre zone pilote.
-La mise en œuvre d’un PICS, document très français, au Liban est une démarche très innovante qui nécessite d’être adaptée à la réalité libanaise, assez peu décentralisée.
-Il appartient désormais à la Fédération, en collaboration avec les autres acteurs du territoire, de prendre en main le PICS que nous avons produit ensemble, qui ne constitue que le début d’un travail à compléter, approfondir, actualiser.

Il est à noter qu’une municipalité de la zone pilote, Zouk Mikael, a également travaillé en 2018 et 2019 sur sa gestion de crise, mais avec d’autres partenaires (la Cellule de Crise du Premier Ministre et le Bureau Technique des Villes Libanaises).

b. L’exercice de validation

En France, le PICS n’est opérationnel que lorsqu’il a été validé par un exercice et un arrêté signé par toutes les communes concernées.
Il a donc été prévu dans le projet de prévoir un exercice de validation – en gros, une simulation de crise – afin de mettre en œuvre pratiquement ce qui a été élaboré théoriquement dans le document. Cet exercice de validation a eu lieu indoor le 26 février 2020, en présence de tous les acteurs attendus :
-Cellule de crise de la Fédération, constituée par le PICS
-Elus et représentants
-Préfet
-Acteurs de la protection civile sur le terrain : Défense Civile et Croix-Rouge

Les rôles étaient répartis ainsi :
-Pompiers Sans Frontières : Mise en œuvre, coordination de la Direction de l’Exercice (DIREX) et analyse de validation du PICS dans le cadre du projet.
-Défense Civile : Assistance et information auprès de la Fédération sur le sinistre et coordination dans les processus d’alerte et d’évacuation, simulation de la progression du sinistre.
-Croix Rouge Libanaise : Assistance et coordination auprès de la Fédération pour la mise en place du point d’installation des sinistrés. Prise en compte du point d’installation des sinistrés.
-Fédération des Municipalités du Kesrouan Ftouh: Mise en œuvre du Plan Intercommunal de Sauvegarde, et mise à l’épreuve de ses différents axes, dont la gestion d’une cellule de crise, avec en particulier une salle de presse, la mobilisation des services municipaux concernés et de leurs agents, et la coordination avec les partenaires externes majeurs.

Et le scénario était le suivant :
Depuis le 15 octobre, des incendies des espaces naturels frappent de nombreuses régions du Liban. Attisés par des vents de secteur sud-ouest vers le nord, la région du METN fait face à des feux violents et rapides alimentés par le vent et la sécheresse qui perdure depuis le mois de juin. De nombreux moyens de la Défense Civile sont à l’œuvre afin de contenir ces feux qui menacent le Kesrouan-Ftouh et ont d’ores et déjà détruit des infrastructures. La tâche des moyens de secours est aggravée par la présence de nombreuses habitations, y compris des immeubles construits au sein même d’espaces naturels sensibles aux feux.
Le Président de la Fédération ainsi que ses administrés suivent la situation de près, car l’incendie menace à présent la région du Kesrouan-Ftouh dans sa partie sud-ouest.
Il est signalé d’ailleurs que de nombreuses personnes et habitations de la zone d’Aintoura sont envahies par les fumées des incendies. La population est inquiète et le fait savoir.
Certaines personnes essayent de s’organiser afin de défendre leurs maisons. Ceci étant, face à ces incendies très virulents ces moyens semblent dérisoires voire dangereux.
On constate que dans ces secteurs, difficilement accessibles aux moyens de secours, les feux sont en progression libre.
Le 25 octobre au matin, un message de la DC informe que deux foyers ont franchi les limites administratives du Kesrouan-Ftouh et menacent à court terme la partie sud-ouest et sud est au niveau de MAZRAAT EL RAS.
Les deux foyers prennent la direction d’AINTOURA sur un front de feu de 2 km.
Compte tenu de messages indiquant cet événement, le président décide d’activer le plan intercommunal de sauvegarde (PICS) afin de se préparer à accueillir les sinistrés de l’aléa.

L’exercice s’est clôturé par un debriefing de la part des participants et par une remise de certificats.

c. L’arrêté intercommunal

C’est lors du Conseil intercommunal du vendredi 28 février que les 54 municipalités composant la Fédération du Kesrouan-Ftouh ont signé l’arrêté intercommunal validant le PICS, ainsi que le PIDAF (Plan Intercommunal de Débroussaillement et d’Aménagement Forestier) et le DICRIM (Document d’Information sur les Risques Majeurs), également élaborés dans le cadre du projet de Prévention et de Gestion des Risques Incendie au Kesrouan-Ftouh.

3. Le déclenchement de la cellule de crise pour la gestion du COVID-19 au Kesrouan-Ftouh

A peine un mois après la validation du PICS par l’exercice de gestion de crise et l’arrêté intercommunal, la Fédération des Municipalités du Kesrouan-Ftouh a déclenché sa cellule de crise afin de gérer au mieux l’arrivée du COVID-19 sur son territoire.

Depuis le 18 mars 2020, la cellule de crise de la Fédération, en coopération avec les acteurs concernés : Ministère de la Santé, Municipalités, Croix-Rouge Libanaise, Défense Civile, met en place les actions suivantes :
Recensement des cas de COVID-19 au Kesrouan-Ftouh
Recensement des moyens à disposition des équipes de secours et des hôpitaux, et de leurs besoins
Récupération de matériel pour les équipes de secours
Préparation d’un hôpital pour accueillir les cas de COVID-19 au Kesrouan-Ftouh (auparavant tous envoyés à Beyrouth)
Préparation de centres de confinement
Communication continue avec les autorités nationales
Sensibilisation de la population aux mesures barrière & organisation de formations destinées au personnel municipal
Soutien des familles qui en ont besoin

4. Conclusion

Le programme pilote de préservation de l’environnement, comporte plusieurs innovations pouvant être qualifiées comme une première au Liban.
En effet, ce projet, bâti autour de l’émergence d’un Plan Intercommunal de Sauvegarde au sein de la Fédération du Kesrouan Ftouh comprend plusieurs étapes préalables visant à élaborer les différents outils qui ont permis la tenue de cette simulation.

Ainsi, des actions visant à la collecte des données, l’analyse et l’élaboration de cartes DFCI, cartes des risques incendie et documents de référence ainsi que des actions de formation opérationnelles et de séminaires méthodologiques ont été des étapes incontournables dans la tenue de cet exercice de crise.
Exercice qui a permis de valider le document de référence du PICS élaboré en amont et par la même de confirmer les conditions d’adoption du PICS par les Elus permettant l’intégration pérenne de ce dispositif, par la collectivité libanaise, à travers un arrêté intercommunal.

A ce titre, la participation active et proactive des élus ainsi que du représentant du préfet au sein de la cellule de crise de la Fédération ainsi que les relations durant la simulation avec les partenaires tels la croix rouge et la Défense Civile, intégrés au projet pilote dès le départ, sont des éléments remarquables amenées à être développées au Kesrouan et dans d’autres lieux du Liban.

L’exercice a permis au personnel de la Fédération engagé dans la cellule de crise aux cotés de Elus de développer et affirmer une cohésion de groupe au sein de la collectivité.

L’action a permis de renforcer la collectivité territoriale non seulement dans ses outils de gestion et politique publiques face aux risques mais aussi dans la prise en compte individuelle et collective de l’importance du travail en équipe et des compétences partagées au sein d’une cellule de crise.

En dernier lieu, l’emploi de cet outil par la collectivité de Kesrouan face à la pandémie de COVID19 au Liban, est un premier indicateur extrêmement pertinent méritant d’être analysé et étendu dans le cadre d’un programme couvrant l’intégralité du territoire du Kesrouan Ftouh et d’être également partagé par d’autres collectivités libanaises souhaitant s’engager dans des projets de gestion des risques et des catastrophes.

Ce projet a été cofinancé par le Ministère des Affaires Etrangères ; le Conseil Départemental des Yvelines et la Fédération du Kesrouan Ftouh.

N'ATTENDONS PAS UNE CATASTROPHE POUR INTERVENIR

+33 4 42 26 52 93
contact@pompiers-sans-frontieres.org
Google Map

Pompiers Sans Frontières
12 rue Charloun Rieu, Groupe scolaire Joseph d’Arbaud
13090 - Aix-en-Provence - Fr

Je veux devenir adhèrent ! Comment faire ?

Je veux m'inscrire à la Newsletter PoSF >>>

elit. velit, dictum venenatis, nunc Praesent lectus venenatis