L’aéroport Marseille Provence, une caserne pas comme les autres.

« Nous roulons jusqu’à un endroit surplombant l’aéroport de Marseille-Marignane et permettant devoir décoller et atterrir les avions un lieu idéal pour rêver de voyages…. » (Marius, Parcours commando)

Construit en 1922 et reconstruit en 1961, l’aéroport Marseille Provence accueille aujourd’hui 4 millions de passagers, se place 3e des aéroports français et 4e aéroport régional français. Un nombre assez important de compagnies aériennes sont desservies sur son sol, 34 pour être exact avec plus de 120 destinations.
Son histoire riche et particulière participe à la fierté des habitants de la région. Ouvert en 1922 sur un terrain de 130 ha, il va faire la première liaison avec Toulouse, Perpignan, Paris, Lyon et ensuite Berlin, Genève, Barcelone, Madrid et Alger. Il fut détruit durant la seconde guerre mondiale et reconstruit quelques années plus tard. Il est le théâtre, en 1994 d’un tragique événement avec le vol Air France vers l’Algérie pris en otage par un groupe armé terroriste qui engendre une intervention du GIGN. Il sera la base principale de la sécurité civile abritant la flotte de bombardiers d’eau jusqu’en 2016, la base aérienne de Sécurité Civile se situant depuis à Nîmes Garons (cf. article cadets). Depuis 1962 l’aéroport se voit confier la défense incendie par le Bataillon des marins-pompiers de Marseille, unité de la Marine Nationale mise pour emploi auprès du maire de Marseille depuis 1939.

Le BMPM au cœur de l’action

Le Bataillon des marins-pompiers de Marseille se distingue des Sapeurs Pompiers par son statut militaire tout comme la BSPP (Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris). Il couvre la ville de Marseille grâce à dix-sept centres d’incendie et de secours, mais arme également des casernes au sein de l’aéroport Marseille Provence ou dans les bassins Ouest du Grand Port Maritime de Marseille.
Les effectifs, les missions confiées, les infrastructures et les moyens mis en place sont définis par une convention passée entre la ville de Marseille (pour le BMPM) et l’AMP.
Ils réalisent quotidiennement différentes missions comme:

o La réception et traitement des alertes
o Le sauvetage et lutte contre les incendies d’aéronefs
o La prévention du péril animalier
o L’inspection des pistes
o L’intervention à caractère de sécurité civile « classique » (secours à personne, incendie,
divers…) aussi bien côté piste que dans la zone publique (aérogare, salles d’embarquement,
commerces…)
o La prévention dans la partie ERP (SSIAP) : veille du SSI, rondes, délivrance des permis feu
o Les formations : initiation à la manipulation des extincteurs, secourisme
71 marins-pompiers assurent 24h/24, 7j/7 chacune des missions précédentes, répartis de la façon suivante :
o 2 officiers et 4 personnels administratifs pour traiter le commandement, la gestion RH et
administrative
o 6 officiers mariniers (sous-officiers) appelés « pompier leader » pour assurer la gestion courante et opérationnelle
d’une garde de 24h
o 52 pompiers d’aéroport répartis en 6 équipes
o 7 agents dédiés à la prévention du péril animalier
Chaque jour et ce pour 24h, 1 pompier leader est désigné, 2 équipes de pompiers d’aéroport et 2 agents de prévention du péril animalier sont de service pour assurer l’ensemble des missions soit un effectif de 16 marins-pompiers. Les officiers et personnels administratifs sont présents seulement en journée.
Les marins-pompiers disposent d’un matériel de pointe afin d’intervenir le plus rapidement et le plus efficacement possible. Plusieurs engins sont mis à leur disposition et sont vérifiés
régulièrement afin de garantir la sécurité de tous et l’efficacité des interventions.
On y trouve:

o 5 VIM (véhicule incendie mousse) dont 2 de réserve
o 3 véhicules légers de commandement
o 1 PSE
o 2 véhicules Légers utilitaires pour les inspections de piste
o 2 véhicules type 4×4 pour la prévention du péril animalier
o 1 vedette pour les interventions sur le plan d’eau + 1 de réserve
Pour le maintien des acquis de ces pompiers d’élite, notamment sur la partie aéronautique, ils
bénéficient d’un plateau technique d’entraînement avec 3 avions et 1 hélicoptère déclassés et une
simulation de zone de crash ; l’ensemble étant géré à travers un poste de commandement.
Enfin leur objectif opérationnel aéronautique, qui est le même pour tous les aéroports français, consiste à être en mesure d’atteindre, en moins de trois minutes, chaque extrémité de piste et d’y projeter un débit de solution moussante égal au moins à 50% du débit prévu par la réglementation (qui est fonction de la taille du plus gros aéronef que peut accueillir l’aéroport). 100% du débit doit être projetable en moins de quatre minutes. Le débit de solution moussante imposé pour l’AMP est de 9000l/min.

Crédit photo: BMPM/ Christian Valverde

Crédit photo: BMPM/ Christian Valverde

Un rythme militaire

Une journée type chez ces pompiers militaires se déroule globalement de la manière
suivante:
– 07h30 : appel du personnel quittant et prenant et attribution des postes de feu
– 07h40 : passation des autorités où il est annoncé le bilan de la garde passée et le
programme de la garde du jour
– 08h00 : cérémonie de levée des couleurs
– 08h00-09h30 : inventaires des engins, essais matériels
– 09h30-11h30 : créneau d’entraînement/formation (manœuvre aéronautique, cours en
salle, secourisme,…)
– 12h00-14h00 : repas
– 14h00 : appel du personnel et distribution des tâches de l’après-midi (travail dans les
services opérations/logistique/formation/prévision, cours d’anglais, propreté,…)
– 17h00-18h30 : sport
– 19h00 : repas
La journée est bien sûr ponctuée des éventuelles interventions et des inspections de piste
prévues ou inopinées.

Un don qui a du sens

Le 28 novembre dernier, en collaboration avec le BMPM, l’aéroport Marseille-Provence à fait don à PSF de trois véhicules pompiers appartenant au centre d’incendie et de secours du BMPM de l’aéroport : un véhicule léger Kangoo, un VSAV (véhicule de secours et d’assistance aux victimes) et d’un fourgon incendie de type FPTL. L’O.N.G a été convié par l’AMP à une rencontre conviviale à l’aéroport même. Ce n’est pas la première fois que l’aéroport Marseille Provence fait preuve de générosité. Les dons de matériel précédents auprès d’associations humanitaires ont déjà été effectués par le passé. Mis à neuf et dans un parfait état de fonctionnement, ces véhicules peuvent désormais recommencer une nouvelle vie et se mettre de nouveau au service de la cause humaine en France ou à l’étranger. Pompiers Sans Frontières envisage de faire honneur à ce don et aux valeurs pompiers en utilisant de manière la plus altruiste possible ces engins de secours. D’ores et déjà l’ambulance et le fourgon incendie vont être acheminées auprès de nos collèges péruviens que l’ONG soutient depuis 1992, le véhicule kangoo est quant à lui d’ores et déjà opérationnel au sein du programme de protection civile participative dans notre département. Finalement l’AMP n’est pas seulement un lieu de rencontre et de partage mais bel et bien le berceau d’innombrable voyages de toutes sortes, comme ceux que ces véhicules et ses
effectifs s’apprêtent à vivre.

REMERCIEMENTS
Laurent Francois
Céline Garnier
Quentin Derval
Marie-Pierre Asselin
Bernard Pastor
Vincent Roucaute
Patrick Andreotti
Frédéric Mardiguian

N'ATTENDONS PAS UNE CATASTROPHE POUR INTERVENIR

+33 4 42 26 52 93
contact@pompiers-sans-frontieres.org
Google Map

Pompiers Sans Frontières
12 rue Charloun Rieu, Groupe scolaire Joseph d’Arbaud
13090 - Aix-en-Provence - Fr

Je veux devenir adhèrent ! Comment faire ?

Je veux m'inscrire à la Newsletter PoSF >>>

ipsum risus et, libero. elit. sed Donec